0

Fourbure - Une maladie redoutée

La fourbure est une maladie redoutée par de nombreux éleveurs. Elle est très douloureuse pour le cheval. La plupart du temps, des traitements vétérinaires permanents sont nécessaires pendant des mois jusqu'à ce que le cheval redevienne totalement opérationnel, dans le meilleur des cas.

Mais sachez-le: la fourbure peut très souvent être évitée avec une bonne gestion et des connaissances suffisantes sur les causes de son apparition.

Il existe plusieurs types de fourbures :

1) La fourbure alimentaire

2) La fourbure post-intoxication

3) La fourbure médicamenteuse

4) La fourbure de parturition

5) La fourbure de contrainte

6) La fourbure résultant d'une maladie métabolique - le Syndrome Métabolique Équin (EMS)

7) La fourbure résultant d'une maladie métabolique - maladie de Cushing

L'auteur va ci-après se pencher principalement sur les trois types de fourbures les plus fréquents (points 1-3). Au préalable, quelques mots sur les points 4 à 7 :

La fourbure de parturition est causée par la présence de fragments de placenta dans l'utérus suite à une mauvaise délivrance. Les cellules de placenta mortes se putréfient et empoisonnent le cheval de l'intérieur. La thérapie sera à peu près similaire à celle d'une fourbure médicamenteuse ou post-intoxication. La fourbure de contrainte est due à une station debout prolongée, lors d'un transport, ou si le cheval est blessé et qu'il reporte son poids sur les membres sains. Cette suppression d'appui fatigue les autres pieds. Un ferrage incorrect ou une absence de ferrage forcée, bien que le cheval ait impérativement besoin de fers en raison de la qualité de ses sabots, peut également causer une fourbure de parturition.

En ce qui concerne la fourbure résultant d'un EMS : les crises de fourbure surviennent car la graisse spéciale (sur la crinière, les épaules et la croupe) produit des substances apparentées aux hormones qui perturbent le métabolisme hormonal. Cette évolution et les dangers associés à la fourbure sont la plupart du temps réversibles.

Il est important que le cheval perde du poids et avant tout, qu'il travaille fréquemment et régulièrement. Une diète limitant uniquement le fourrage ainsi que malheureusement par conséquent le fourrage grossier n'est pas une bonne solution car les chevaux développent alors un problème d'estomac en raison du manque de fourrage grossier, ou ils souffrent de coliques dues au remplacement du foin par de la paille.

Un EMS est curable, mais il est toutefois nécessaire d'établir un plan individuel pour l'alimentation et le travail. Il est impératif de faire appel à un spécialiste compétent et indépendant. Une fourbure due à un syndrome de Cushing nécessite une surveillance vétérinaire permanente (tests sanguins réguliers). La cause du syndrome de Cushing n'est pas claire. Cependant, il apparaît très clairement qu'une grande quantité de substances toxiques dans le corps peut causer le problème ou l'aggraver. Une désintoxication est toujours efficace en cas de Cushing, mais un plan de désintoxication doit ici encore être établi individuellement selon l'historique du cheval, car certains détoxifiants ne doivent être utilisés que dans certaines conditions. Souvent, par exemple, les herbes aromatiques ne sont pas assez efficaces, avant tout pour les métaux lourds, les polluants environnementaux et les coformulants médicamenteux. Il faut en outre veiller à prescrire une alimentation sans céréales et pauvre en sucres, mais très riche en substances minérales biodisponibles, sinon, le corps ne pourra pas se détoxifier de manière adéquate.

Les facteurs de déclenchement les plus fréquents sont :

1) Suralimentation de céréales, en particulier de

types de céréales avec amidon de céréales difficilement dégradable (avoine, maïs, orge, blé, épeautre)

2) Suralimentation d'herbe fraîche. Depuis quelques années, on sait que ce n'est pas la protéine dans l'herbe fraîche qui est le déclencheur, mais les glucides contenues dans les pousses d'herbe, en particulier le fructane. Le fructane est un type de sucre qui se forme en particulier dans les pâturages avant tout en fonction du type de plante, du rayonnement solaire et de la température ambiante.

La plante herbacée ne transformera pas l'énergie générée par la photosynthèse en croissance en longueur si le rayonnement solaire est intensif et si la température ambiante est froide, car il fait trop froid. Elle stockera cette énergie sous forme de fructane, qui ne sera dégradé que lorsque les températures ambiantes augmentent.

Le fructane (glucide) ainsi que l'amidon (glucide) peuvent déclencher une fourbure. Les deux ont une structure moléculaire identique et seule la longueur des chaînes moléculaires est différente.

Comment se produit une fourbure alimentaire classique ?

Nous l'avons déjà vu, l'amidon de céréales et le fructane possèdent une structure moléculaire identique. C'est pourquoi les deux substances sont métabolisées par le même procédé enzymatique dans l’intestin grêle.

Génétiquement, le cheval est un pur consommateur de fibres brutes, et par conséquent, il ne peut métaboliser de grandes quantités d'amidon de céréales et de fructane. La quantité d'amidon de céréales ou de fructane qu'un cheval peut décomposer est limitée par la quantité d'amylases (enzymes) formées dans l'intestin grêle pour leur décomposition. La quantité d'amylases est déterminée génétiquement et n'augmente pas. D'une manière générale, on peut dire que les chevaux dits « près du sang » (Trakehner, pur sang) produisent plus d'amylases qu'un type de race originel, comme par ex. le Norvégien, le Frisien, l'Islandais, le Criollo, etc. Ces chevaux ne supportent pas de grandes quantités de céréales/fructane. Si l'amidon de céréales et le fructane sont ingérés en trop grande quantité, ils ne peuvent pas être décomposés à l'endroit adéquat, l'intestin grêle. De grandes quantités parviennent dans le gros intestin. Elles y causent une forte acidose, car le procédé enzymatique de décomposition y est différent (sans action des amylases qui n'existent pas dans le gros intestin). Le gros intestin a normalement un milieu neutre , un pH entre 6,9 et 7,1.

Lorsqu'une acidose conséquente se produit brutalement, autrement dit que le pH diminue, les bactéries saines de l'intestin meurent rapidement en explosant, car elles ne sont adaptées qu'à un milieu neutre (pH neutre). Cette disparition massive entraîne la formation rapide de nombreux poisons cadavériques et bactériens dans le gros intestin, qui finissent par agresser les muqueuses intestinales et les rendent perméables. Ces substances toxiques passent ensuite dans le sang et engorgent le foie, l'organe centrale de détoxification. Le foie est incapable de traiter ces quantités toxiques spontanées, elles restent dans le sang, se déplacent dans les sabots et y déclenchent une fourbure.

3) De trop grandes quantités de médicaments ingérées trop rapidement, par ex. en raison d'un cheval gravement malade, d'une opération, etc.

4) Les médicaments (y compris les vaccins) ne contiennent pas seulement des substances actives, mais également de nombreux coformulants (excipients, conservateurs, adjuvants etc.). Ils peuvent engorger le foie (s'ils sont ingérés en grande quantité en peu de temps) et déclencher une fourbure. Des quantités fréquentes ou importantes de cortisone peuvent également causer une fourbure.

Mesures destinées à éviter les fourbures :

1) Il est fondamental de bien gérer l'alimentation du cheval :

- Beaucoup de foin, au moins 2 kg par 100 kg de poids vif. Pour les gros mangeurs, év. seulement 1,5 kg par 100 kg de poids vif, mais présentés dans un filet à maillage fin afin de prolonger la durée d'ingestion et ainsi, garantir une alimentation en foin permanente (protection de l'estomac).

- Pour les chevaux de performance aussi, de faibles quantités de fourrages concentrés avec de l'amidon de céréales. Il existe suffisamment d'alternatives sans amidon de céréales et suffisamment énergétiques.

- Beaucoup de petites quantités de fourrages concentrés.

- Lors de la mise en pâturage des chevaux au printemps, vérifier si les quantités de fructane dans l'herbe sont élevées. Le cas échéant, aucun cheval ne doit rester longtemps dans le pâturage. Un séjour de 30 minutes peut déjà être bien trop long. Ne laisser les chevaux que l'après-midi dans la prairie, si les températures ambiantes sont assez élevées, ne les laisser manger de l'herbe que progressivement au printemps, ne sortir les chevaux que rassasiés (alimentation en foin). Év. Ne mettre les chevaux au pâturage que lorsque les températures diurnes sont supérieures à 20 degrés Celsius, car les quantités de fructane dans l'herbe sont nettement plus faibles, à partir d'env. mi/fin mai ou début juin.

- En automne aussi, rentrer les chevaux du pâturage si les températures baissent beaucoup la nuit (proches du point de congélation). En effet, le taux de fructane dans l'herbe augmente alors nettement, la plante se protégeant du froid en stockant des quantités de sucre plus importantes (fructane).

2) Désintoxication après une intervention vétérinaire : lorsqu'un cheval a été traité avec des médicaments, il est pertinent de procéder ensuite à une désintoxication. De nombreux médicaments contiennent des coformulants contenant du métal. C'est pourquoi il est pertinent de prescrire une cure avec un agent complexant chélateur car les composés métalliques (par ex. métaux lourds ou aluminium) / coformulants médicamenteux ne peuvent pas être éliminés par des détoxifiants normaux comme par ex. des herbes aromatiques. Pour plus d'informations sur ces mesures individuelles en allemand et en anglais, adressez-vous à : Dipl.Ing (FH) Anja Beifuss, www.HBD-Agrar.de.

Mesures lorsque le cheval a souffert d'une fourbure (alimentaire, médicamenteuse ou post-intoxication) :

une intervention vétérinaire est tout d'abord primordiale !!!! Les mesures suivantes sont ensuite recommandées, après ou même pendant le traitement vétérinaire, afin de mettre rapidement fin à la fourbure aiguë ou d'éviter une fourbure subséquente :

1. Désintoxication

Dans le cadre d'une fourbure, le métabolisme hépatique est particulièrement sollicité, ainsi que de nombreux autres organes de désintoxication (comme par ex. les reins). Pour les soulager et ainsi améliorer l'inflammation

de la paroi du sabot, la désintoxication est impérative, mais elle doit être effectuée sans détoxifiant, qui agressent les organes métaboliques. Ces derniers sont en effet déjà suffisamment surchargés. Pour cette raison, les herbes aromatiques sont également exclues. Le détoxifiant recommandé est une combinaison de zinc organique fortement dosé et d'un complexe de vitamine B également fortement dosé.

Un produit comme le HBD’s® HeparMin® est idéal.

Lors de la désintoxication, le métabolisme hépatique a besoin de zinc en grande quantité, car le zinc est consommé lors de la transformation de poisons lipophiles (qui aiment les lipides) en poisons hydrophiles (qui aiment l'eau). Seuls les poisons hydrophiles peuvent être éliminés correctement.

Plus on détoxifie, plus les besoins en zinc du cheval augmentent.

Les quantités nécessaires ne sont pas couvertes par une alimentation/minéralisation normale.

Il en va de même pour la vitamine B. Elle est en principe nécessaire au métabolisme hépatique, mais ici également, les besoins augmentent significativement lorsque le cheval est détoxifié. Plus il est désintoxiqué, plus les besoins en vitamines B du cheval augmentent.

Le HBD’s® HeparMin® est dans ce cas un détoxifiant idéal, doux mais continu pour le cheval, car les organes de désintoxication sont très bien alimentés sans être agressés. De plus, le métabolisme perturbé de la corne dans les sabots est bien alimenté en composants (zinc).

2. Liaison des toxines dans l'intestin

Lors d'une fourbure (alimentaire, post-intoxication ou médicamenteuse, mais probablement aussi résultant d'un EMS), des masses de bactéries intestinales mortes sont toujours générées. Elles produisent une grande quantité de poisons cadavériques dans l'intestin. Il est extrêmement utile de lier immédiatement ces poisons dans l'intestin dès l'apparition de la fourbure, et de les rendre inoffensifs. Cela soulage immédiatement et significativement les organes de désintoxication et atténue la crise de fourbure. Une crise de fourbure peut également être évitée dans certaines circonstances si un liant de toxines est donné au cheval après une alimentation trop généreuse en céréales ou une sortie dans les pâturages au mauvais moment.

Nous recommandons ici le HBD’s® MYTOX®, un liant de toxines complet, bien plus puissant que les produits courants distribués dans le commerce, car il contient plusieurs composants liants de toxines. Le cheval doit recevoir le HBD’s® MYTOX® pendant 6 à 8 semaines.

Le liant de toxines ne remplace en aucun cas une régénération intestinale absolument impérative.

3. Régénération intestinale :

Grâce à la destruction massive de la flore intestinale saine dans le cadre d'une fourbure, la fonction de l'intestin est affectée à long terme ou durablement. Le fourrage n'est plus digéré correctement, les nutriments ne sont plus assimilés, les vitamines (par ex. complexe de vitamines B, vitamines C et autres) ne sont plus produites en quantités suffisantes par les bactéries intestinales décimées. Le cheval est sous-alimenté en vitamines. Lors de la digestion du fourrage normal en particulier, les processus de décomposition peuvent se multiplier ou des processus de fermentation peuvent se produire, car la flore intestinale saine est insuffisante. Ainsi, les toxines se multiplient malheureusement à nouveau, elles surchargent ensuite durablement ou à long terme le foie et éventuellement, elles ravivent la fourbure. Cela peut également causer une fourbure chronique.

Après une destruction massive des germes intestinaux sains, une dysbiose (mauvaise colonisation bactérienne de l'intestin) peut également se développer. Elle peut à son tour causer une accélération de la formation de poison dans l’intestin, ce qui générera une fourbure chronique. Il est urgent d'effectuer une régénération intestinale pour restaurer la flore intestinale saine et éliminer durablement la colonisation de mauvais germes.

Il existe peu de possibilités pour régénérer efficacement un intestin. Le HBD’s® DigestoVit®, éventuellement combiné au HBD’s® DigestoPhlog®, est très efficace, à large spectre et il agit immédiatement (au bout de 1 à 3 jours seulement) ; il améliore significativement la situation dans l'intestin et le foie. Une régénération intestinale efficace prend au moins 3 mois.

Nous utilisons des cookies pour vous garantier la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.Unsere Datenschutzerklärung