0

Plante de la semaine : le lierre (Hedera)

Voilà sept ans que nous travaillons avec une équipe de scientifiques afin de fabriquer un composé antidiabétique à base de lierre (hedera). Les problématiques incluent la récolte des baies et la fabrication d'un produit final assez stable pour intégrer un processus de fabrication. La saponine a été testée sur des vaches laitières et nous avons réalisé des tests initiaux sur des chevaux (bactéries intestinales). Toutefois, la route reste longue et la majorité du travail est protégée par des droits de propriété intellectuelle et des brevets – veuillez donc me pardonner pour le peu de détails disponibles.

Au départ, j'étais horrifiée à l'idée que des chevaux consomment du lierre et j'étais absolument catégorique : je n'avais jamais vu mes chevaux en manger, JAMAIS ! Je réalisais rapidement qu'ils n'en mangeaient pas car ils n'y avaient probablement pas accès....Certains membres du troupeau en mangeaient, d'autres pas, et nous ne conseillons pas d'en couper et en offrir aux chevaux en box mais en revanche, j'essayais d'en mettre à disposition des chevaux dans les champs.

Phytolean Plus contient une saponine facile à utiliser.

En latin, le mot sapo signifie savon.
La saponine est un détergent naturel formidable mais elle est toxique en injection dans le sang. Toutefois, ingérée en petite quantité, elle peut aider le cheval à digérer. Certains chevaux, mangeant facilement et ayant tendance à l'embonpoint, les “good doers”, semblent apprécier particulièrement les plantes contenant ces substances chimiques. La saponine est dotée de nombreuses propriétés médicinales car elle reproduit le système endocrinien (hormones) et interagit avec lui, générant des changements positifs sur le métabolisme.

La saponine est également capable d'alimenter les bonnes bactéries intestinales et de fabriquer de nouvelles substances (métabolites), qui sont ensuite absorbées à travers les parois intestinales et transformées par le foie. Ces nouvelles molécules sont des mangeuses de graisse qui exercent une action décisive sur de nombreuses maladies chroniques et exercent un effet positif sur le métabolisme.
La saponine réduit le nombre de ces bactéries capables de décomposer les fructanes polysaccharides alimentaires autrement indigestes.

La saponine ralentit le taux de vidange gastrique et le taux de transport du sucre à travers la paroi intestinale. Si vous voyez un cheval manger des pousses de lierre (hedera), il tente probablement de compenser les effets d'un repas contenant beaucoup d'hydrates de carbone.

Pour rentrer dans les détails, les saponines dans le lierre (et la salsepareille) sont des inhibiteurs de l'alpha-glucosidase qui retardent l'absorption d'hydrates de carbone complexes, inhibant les pics de glycémie postprandiale et diminuant ainsi les niveaux d'insuline postprandiale. J'ai une famille de “good doers” tous avides de lierre. Si je coupe du lierre sur les murs en pierre et le laisse dans le champ, il sera déchiqueté en quelques jours et les chevaux ne laisseront que les grosses branches.

Les plantes contenant des niveaux élevés de saponine incluent des buissons ligneux et des arbustes à petites baies comme l'hedera (lierre) et berberis. De nombreux arbustes persistants contiennent de la saponine comme le houx et le si piquant et épineux ruscus. D'expérience, le cheval les recherche et semble adorer mâchonner les jeunes feuilles vertes (probablement car elles piquent moins !) et les baies. Le lierre (hedera) semble être particulièrement apprécié au début du printemps avant que ses baies ne deviennent violettes.

- Mis à disposition par Dr. Carol Hughes, Directeur de Phytorigins. PhD, Equine Natural Nutritionist, Angleterre -

Nous utilisons des cookies pour vous garantier la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.Unsere Datenschutzerklärung