0

La plante de la semaine – le géranium sauvage

Cinq choses à savoir sur les chevaux natifs / sauvages / qui paissent naturellement :

  • Les chevaux sauvages consomment 33 sur les 100 plantes différentes d'une zone de pâturage. En hiver, les arbustes /arbres à fleurs comme les ajoncs et le houx apportent plus de nutriments. Combien de plantes différentes poussent dans votre pad / dock ?
  • Les chevaux sauvages consomment de manière sélective les herbes riches en éléments nutritifs disponibles comme le paspalum ou la renouée (une autre herbe classifiée comme herbe invasive), l'orge sauvage et les herbes de la famille du millet (qui contiennent de bonnes protéines et des phytostéroïdes qui sont fantastiques pour les chevaux souffrant de Cushing).
  • Les chevaux sauvages ne cherchent pas les plantes / herbes riches en nutriments si elles sont rares mais préfèrent manger des herbes / plantes qui en contiennent moins afin de maintenir un bon niveau de satiété, laissant le système gastro-intestinal extraire avec efficacité le plus de nutriments possibles des aliments. Les plantes moins riches en nutriments contiennent une grande quantité de pro et prébiotiques, cruciaux pour les chevaux souffrant de problèmes intestinaux.
  • Les chevaux sauvages choisissent des composants de haute qualité mais pauvres en fibres et les diluent dans de grandes quantités de feuilles et tiges très matures. Ils mangent de manière sélective de jeunes pousses vertes (géranium sauvage) mais doivent également manger moins d'aliments nutritifs afin de maintenir un niveau de remplissage élevé du tube digestif. Les pousses vertes contiennent la plupart des nutriments mais le système gastro-intestinal doit rester plein et c'est pourquoi le cheval sauvage choisit de manger plus de déchets boisés dont la valeur nutritive est plus faible jusqu'à ce qu'un bon niveau de satiété / de remplissage des intestins soit atteint.
  • Le poids du contenu du système gastro-intestinal représente 13-20 % du poids vif et la quantité ingérée est limitée par la nécessité de rester agile afin d'éviter les prédateurs.

Horses are very efficient at extracting nutrients from forage, they are designed to consume higher quantities of forage than other similar animals such as cattle and deer and they are also able to extract as many nutrients as possible from everything that is consumed.
If horses eat less than their potential maximum intake (around 16kg dry food per day for 400-500 kg horse) then the rate of nutrient extraction also falls meaning that putting a horse on a diet is a difficult process as the quantity a horse consumes is directly related to the nutrient intake.

- Mis à disposition par Dr. Carol Hughes, Directeur de Phytorigins. PhD, Equine Natural Nutritionist, Angleterre -

Nous utilisons des cookies pour vous garantier la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.Unsere Datenschutzerklärung