Une alimentation appropriée pour les poulinières

Journal
Une alimentation appropriée pour les poulinières -

Les poulinières ont des besoins nutritionnels plus élevés, tant pendant la gestation que pendant l'allaitement. Le bon équilibre de l'alimentation est important pour prévenir une perte de condition physique des poulinières et pour offrir un bon départ dans la vie aux poulains.

Comment l'alimentation influence-t-elle la fertilité ?

Même avant l'activité de reproduction, l'alimentation joue un rôle important dans la santé d'une poulinière. Le métabolisme hormonal est étroitement lié à d'autres processus métaboliques et l'apport nutritionnel influence la fonction ovarienne. Les juments ne doivent être ni en sous-poids ni en surpoids avant la saillie. Une jument en sous-poids sera moins fertile, car ses réserves seront nécessaires à son propre entretien et ne seront donc pas disponibles pour une progéniture potentielle. À l'inverse, les juments en surpoids sévère développent souvent des troubles métaboliques entraînant des problèmes de reproduction. En veillant à ce que la jument soit en bonne condition physique en hiver, on augmente les chances de réussite de la saillie. Visez une note d'état corporel comprise entre 5 et 6 pour le jour prévu.

Le bon fonctionnement des ovaires équins semble également dépendre du bêta-carotène : ce précurseur de la vitamine A, également appelé provitamine A, se trouve dans les jeunes herbes d'un vert vif. La consommation d'herbe jeune, associée à l'allongement de la durée d'ensoleillement et au réchauffement des températures, stimule les ovaires. Dans la nature, cela présente un grand avantage : la fertilité est donc automatiquement plus élevée à la saison où l'on trouve le plus de nutriments après les mois froids de l'hiver.

 Alors que la plupart des foins stockés de l'année précédente contiennent une faible quantité de bêta-carotène, le fourrage qui a été séché doucement à l'air chaud (comme les fibres Pre Alpin® ou Myo Alpin® ou lucerne) est dans de nombreux cas encore riche en bêta-carotène au printemps et constitue donc un complément de pré-couverture approprié. Les carottes sont également riches en bêta-carotène.

En même temps, la jument doit également recevoir des quantités adéquates de tous les autres micro-nutriments avant et pendant la saillie pour augmenter les chances de grossesse. En particulier, un déséquilibre du rapport calcium/phosphore et des carences en sélénium, iode, vitamine A ou vitamine E semblent avoir des effets négatifs sur la fertilité. Les juments doivent donc toujours recevoir un aliment minéral équilibré. Les aliments de base à faible teneur en protéines (par exemple le foin récolté tardivement) peuvent être complétés par les acides aminés méthionine et lysine.

Ça a fonctionné. Ma jument est gestante. Dois-je changer son alimentation ?

Au cours des deux premiers trimestres de la grossesse, le fœtus se développe assez lentement. Aucune modification ne doit être apportée à l'alimentation de la jument pendant cette période - en fait, elles devraient être évitées pendant les premières semaines après la saillie - et le régime alimentaire de la jument ne sera donc pas différent de celui d'un cheval de monté. Cela signifie une quantité suffisante de fourrage (selon la race, au moins 1,5 à 2 kg de foin / 100 kg de poids corporel), un aliment concentré si nécessaire et un aliment minéral pour fournir tous les micro-nutriments essentiels.

Il y a cependant quelques petites choses à garder à l'esprit. La première est, que la jument ne doit ni perdre ni gagner une quantité importante de graisse corporelle au début de la grossesse. Le déficit énergétique résultant d'une perte de poids peut également entraîner la résorption du fœtus. Si la jument prend beaucoup de poids pendant la gestation, le risque de dystocie équine augmente. Comme la jument ne mange pas encore "pour deux" au cours des deux premiers trimestres, son alimentation ne doit pas être trop riche ; il faut plutôt continuer à la nourrir comme avant la gestation. La jument doit idéalement avoir une note d'état corporel de 5 ou 6. Une jument qui devrait porter un autre poulain l'année suivante devrait avoir un BCS de 6 afin qu'elle ne soit pas trop maigre lorsqu'elle sera à nouveau saillie pendant la lactation. Si la jument perd du poids, ajoutez plus de nourriture ; si elle développe trop de dépôts de graisse, réduisez soigneusement la nourriture.

Le troisième trimestre : quand tout s'accélère

 Après environ le 200e jour de gestation, le développement du poulain à naître commence à s'accélérer. Environ 90 % de sa masse corporelle à la naissance sera développée pendant cette période. Pour construire ses tissus, le fœtus a besoin de plus de nutriments. La jument doit alors consommer de plus grandes quantités d'énergie et de protéines afin que son corps ne puise pas dans ses propres réserves. Le poulain à naître a également besoin de plus de nutriments, comme le calcium et le phosphore, pour le développement du squelette.

Le tableau suivant montre l'augmentation des besoins au cours du dernier trimestre pour une jument warmblood typique de 600 kg ne suivant pas d'entraînement complémentaire :
 

Besoin journalier pour une jument warmblood*, 600 kg de poids corporel, non au travail

Energie* en ME MJ

Protéines digestibles en g

Calcium en g

Phosphore en g

Non gestante / jusqu'au 8ème mois de grossesse

63

365

20

14

8e mois de gestation

70

430

27

19

9e et 10e mois de gestation

76

500

37

26

11e mois de gestation

90

670

60

43

Source: Gesellschaft für Ernährungsphysiologie. Empfehlungen zur Energie- und Nährstoffversorgung von Pferden. *Veuillez noter que les juments d'autres races (pur-sang, chevaux de trait lourds, races spéciales), même si elles ont le même poids corporel, auront des besoins énergétiques différents !


En fin de gestation, les besoins énergétiques augmentent de moitié, les besoins protéiques doublent presque et les besoins en calcium et phosphore triplent. A partir du 8ème mois, il convient donc de donner progressivement à la plupart des juments des aliments plus riches en énergie et en protéines, et de passer également à un aliment minéral permettant de couvrir facilement les besoins accrus.

Sources d'énergie et de protéines optimales pour les juments en fin de trimestre

Le fourrage reste bien évidement la base la plus importante de l'alimentation du cheval. La jument doit recevoir du foin ad libitum. L'alimentation de base peut être améliorée avec le foin de la première coupe ainsi qu'avec le foin plus riche en protéines de la deuxième coupe. Les besoins accrus en énergie, calcium et phosphore peuvent souvent être couverts par une alimentation de base nutritive de haute qualité. Le foin de mauvaise qualité peut être enrichi avec des flocon de Pre Alpin ® Bio Wiesencobs, Pre Alpin Wiesenflakes ou Myo Protein Flakes.

Excursus: Soyez prudent avec les quantités de céréales traditionnelles

Il existe une longue tradition consistant à donner quotidiennement plusieurs kilogrammes de céréales aux juments en pleine gestation. Mais un apport excessif d'amidon comporte des risques. Tout d'abord, pour la jument, dont l'estomac est mis à rude épreuve par l'alimentation excessive en céréales et dont le métabolisme de l'insuline se modifie pendant la grossesse (résistance à l'insuline liée à la grossesse).

Mais un excès important de sucre dans le sang transmis au poulain à naître via le placenta semble également avoir des effets indésirables : Différentes études ont suggéré que les poulains de juments recevant de grandes quantités de céréales pendant la grossesse étaient plus susceptibles de développer des modifications pathologiques des os et des cartilages articulaires. La progéniture des juments ayant consommé des aliments à forte teneur en amidon était également plus susceptible de développer une résistance à l'insuline plus tard dans la vie. Cela pourrait s'expliquer par le fait que les états métaboliques avec des pics de glycémie élevés alimentent les processus inflammatoires dans l'organisme.

Il est donc recommandé aux poulinières de ne pas consommer plus de 1 g d'amidon par kg de poids corporel et par repas. Pour une jument warmblood de 600 kg, cela correspond à 1,5 kg d'avoine en un repas. La quantité par jour ne doit pas dépasser le double - dans ce cas, 3 kg d'avoine par jour, répartis sur au moins deux repas.

Les graisses constituent une option viable comme source d'énergie alternative pour les juments. Les graisses riches en acides gras oméga-3 luttent contre les processus inflammatoires et favorisent le fonctionnement des membranes cellulaires. Cela peut avoir des effets positifs sur le métabolisme des juments et des poulains.

Cependant, le foin seul, selon sa qualité et la race de la jument, ne suffit pas toujours à fournir à la jument suffisamment d'énergie et surtout suffisamment de protéines. Le Haferwiese Sportmüsli est un bon aliment concentré complémentaire avec une teneur modérée en amidon et des protéines et graisses de haute qualité. L'AlpenGrün Seniormüsli et l'AlpenGrün Mash offrent une bonne teneur en énergie, des protéines et des graisses de haute qualité et très peu d'amidon. Les Luzernecobs contiennent beaucoup de protéines et de calcium. Amino Pur et Bierhefe Pur sont des compléments protéiques avec d'excellents profils d'acides aminés. OMEGA3 Pur contient d'importants acides gras oméga-3 et est riche en énergie. Pour couvrir les besoins accrus en micronutriments, nous recommandons également de donner Seniormineral à partir du 8e mois de grossesse au plus tard.

Juste avant le poulinage, les juments perdent généralement l'appétit et mangent beaucoup moins. C'est normal dans une certaine mesure et il n'y a pas lieu de s'inquiéter. Si la jument ne mange pas d'elle-même beaucoup moins de fourrage, vous devez intervenir et la rationner en foin. Le tube digestif ne doit pas être surchargé pendant le poulinage. Un mot d'avertissement concernant la litière de paille : Les juments particulièrement gloutonnes doivent être placées sur une litière qu'elles ne mangeront pas.

Surveillez toujours les signes éventuels de colique à l'approche de la date de mise bas. L'activité intestinale de la jument est particulièrement susceptible d'être perturbée avant et après la mise bas. Le tourteau de lin peut être utile à cet égard, par exemple dans notre AlpenGrün Mash. Un apport suffisant en sel est également important (bloc de sel). Dès que le poulain est né et si la jument ne présente aucun signe de troubles digestifs, elle peut à nouveau être nourrie avec du fourrage à volonté.

Le poulain est né : maintenant toute l'énergie est consacrée à la production de lait.

La jument commence à produire du lait avant même la naissance du poulain. Le premier lait après la naissance est particulièrement important pour le poulain : le colostrum, également connu sous le nom de béance, se distingue facilement du lait ultérieur. Il fournit au poulain d'importants anticorps, dont il a besoin car son système immunitaire n'est pas encore totalement développé. En ce qui concerne le colostrum, il faut tenir compte d'un autre facteur avant le poulinage, en plus d'une alimentation adaptée aux besoins : la jument ne doit pas être déplacée dans une autre écurie au cours des deux dernières semaines avant le poulinage, afin que le poulain soit protégé contre les germes de son nouvel environnement, car une partie des anticorps qui passent au poulain par le colostrum de la jument sont "spécifiques à l'écurie". Ils protègent le poulain exactement contre les germes de l'environnement avec lesquels la jument a été en contact pendant cette période.

Après le poulinage, les juments en bonne santé retrouvent rapidement leur appétit. Ceci est également important, car les besoins de la jument augmentent rapidement avec la production de lait. Pour illustrer cela, comparons à nouveau les besoins de notre jument warmblood type à ses besoins d'entretien sans poulain :

Besoin quotidien jument warmblood*, 600 kg de poids corporel, en lactation, non au travail

Energie* en ME MJ

Protéines digestibles in g

Calcium en g

Phosphore in g

Besoin d'entretien sans poulain

63

365

20

14

30e jour de lactation

126

1000

62

43

60e jour de lactation

123

915

55

37

30e jour de lactation

112

765

45

29

Source: Gesellschaft für Ernährungsphysiologie. Empfehlungen zur Energie- und Nährstoffversorgung von Pferden *Veuillez noter que les juments d'autres races (pur-sang, chevaux de trait lourds, races spéciales), même si elles ont le même poids corporel, auront des besoins énergétiques différents !
 

À la fin du premier mois de lactation, les besoins énergétiques de la jument sont deux fois plus élevés que ceux de l'entretien, et ses besoins en protéines sont plus de deux fois et demie plus élevés. Les besoins en calcium et en phosphore ont triplé en fin de gestation et se maintiennent, ne retombant aux niveaux antérieurs qu'après le premier mois.

Bien approvisionnée dans l'écurie et au pâturage

En plus du fourrage ad libitum, la jument a maintenant besoin de plus d'aliments concentrés avec une bonne teneur en protéines pour couvrir ses besoins. Les mêmes concentrés sont généralement recommandés pendant la lactation que pendant la fin de la gestation. La quantité d'aliments complémentaires doit être augmentée selon les besoins, de manière à ce que la jument ne perde pas trop de condition, jusqu'au 30e jour de lactation. Cependant, une certaine perte d'état est normale pendant cette période.

Les juments censées concevoir lors de leur premier œstrus après le poulinage ne doivent pas devenir trop maigres. N'oubliez pas qu'un BCS de 5 ou moins réduit les chances d'une nouvelle grossesse. Cependant, une jument en surpoids peut être soumise à un régime amaigrissant après le poulinage ; ne lui donnez pas trop peu de nourriture et ajoutez toujours un supplément de protéines pour que la jument perde principalement de la graisse et non du muscle.

Dès que le temps le permet, l'herbe jeune des pâturages est également une bonne source d'énergie et de protéines. Avec un bon entretien des pâturages, le pâturage de surfaces suffisamment grandes avec une bonne végétation peut même constituer la part du lion de l'alimentation quotidienne de la jument. Cela vous permettra de réduire les concentrés, voire de les supprimer complètement, selon la race.

En même temps, le fait de garder la jument et le poulain près d'autres poulinières et poulains est également idéal pour le développement du poulain. Cependant, la jument aura toujours besoin de suppléments minéraux quotidiens pour couvrir ses besoins, même au pâturage. Nous ne recommandons pas les lèches-minéraux en raison d'une ingestion incontrôlée. Un sel pur à lécher devrait être accessible pour la jument mais pas pour le poulain.

Au cours des deux premiers mois de sa vie, le poulain reçoit tous les nutriments dont il a besoin exclusivement du lait de sa mère. Ensuite, il commencera à manger des aliments solides de manière ludique. En observant et en mangeant avec sa mère, il apprend ce qui est comestible et ce qui ne l'est pas. À partir du troisième mois, vous pouvez commencer à introduire lentement le poulain allaitant dans des quantités appropriées d'aliments concentrés et d'aliments minéraux. Du point de vue nutritionnel, cela assure au poulain un bon départ dans la vie et prépare le terrain pour qu'il devienne un futur cheval sain et fort.

Les produits Agrobs pour un élevage réussi :

  • Haferwiese Sportmüsli : Source d'énergie avec des protéines et des graisses de haute qualité et une teneur modérée en amidon
  • AlpenGrün SeniorMüsli : Aliment concentré sans céréales avec des sources de protéines et de graisses de haute qualité
  • AlpenGrün Mash : Mash sans céréales avec tourteau de lin pour une digestion saine, apport de protéines et d'acides gras de haute qualité.
  • Luzernecobs : Source de protéines et de calcium basée sur les fibres brutes
  • Amino Pur et Bierhefe Pur : Aliments protéinés avec des acides aminés importants
  • OMEGA3 Pur : Source d'énergie concentrée avec d'importants acides gras oméga-3
  • Seniormineral : Alimentation minérale pour un approvisionnement optimal en minéraux dans des situations de besoins accrus
  • Pre Alpin Wiesencobs et Pre Alpin Wiesenflakes : Complément fourrager sain pour améliorer les aliments de base de mauvaise qualité
Celina Hofmann, vétérinaire
January 2022, © Agrobs GmbH

Sources: 
-    Coenen, M.; Vervuert I.: Pferdefütterung. Georg Thieme Verlag KG, Stuttgart, 2020
-    Gesellschaft für Ernährungsphysiologie. Empfehlungen zur Energie- und Nährstoffversorgung von Pferden. DLG Verlag, 2014
-    Robles, M., Hammer, C., Staniar, B., & Chavatte-Palmer, P. (2021). Nutrition of Broodmares. Veterinary Clinics of North America: Equine Practice, 37(1), 177–205. doi:10.1016/j.cveq.2021.01.001


News